En finir avec la défiance systématique à l’égard d’autrui, l’ironie pathétique, le second degré branché, les poses rebelles adulescentes, les prétentions artistiques, et le second degré bidon qui nous placerait au-dessus de tout. Réfléchir, détourner, pirater, sampler, affûter son sens de l’analyse, retourner la balle à l’envoyeur, aiguiser son regard, canaliser sa rage, apprendre à ne plus prendre les vessies pour des lanternes, résister, se mettre en danger, faire face, relever la tête, répliquer, lutter, se battre.





Vous pouvez visiter les archives
de 2006 à 2008 de notre ancien blog.

lundi 2 février 2009

prévisions







Inti, qui a vécu en Bolivie, nous rend visite avant de commencer un stage de trois mois mardi prochain. Il découvre, avec un enthousiasme effaré, la masse de travail que nous nous mettons sur les épaules :

Alors que Jean Michel Bertoyas est de passage, nous discutons du tournage à venir de portraits d'artistes d'Ivan Brun et Fabrice Neaud, de la finalisation de nos trois documentaires, du tirage des 2 prochains No Présent ("Lettre ouverte à cette génération qui refuse de vieillir", "Si tu manges pas bio c'est parce que tu es pour la destruction de la planète") ainsi que de l'écriture du prototype de "Socio", le premier titre de la collection de bandes dessinées de propagande que nous aimerions mettre en librairies à l'automne prochain.

Le planning est bouclé jusqu'à l'été... avant de redémarrer avec une nouvelle expo Ichiba fin octobre 2009 !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

voilà juste un article de merde de plus pour notre prochaine publication sur le bio: (AFP)
L'Alliance pour la planète, coalition d'ONG de protection de l'environnement, a lancé mardi un Observatoire indépendant de la publicité (OIP) pour alerter sur les publicités qui utilisent de façon abusive le thème de l'environnement, un phénomène baptisé "écoblanchiment" ou "greenwashing". Lire la suite l'article
Les prises de parole des marques utilisant l?environnement se multiplient. Parfois pour le meilleur, hélas trop souvent pour le pire", indique l'Alliance dans un communiqué présentant ce site (http://observatoiredelapublicite.fr)

L'évaluation des publicités en France est assurée par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), organisme d'autorégulation de la profession dont les avis ne sont pas contraignants.

"On va être un aiguillon. On avait parlé à l'époque du Grenelle de co-régulation. De fait, on fait de la co-régulation, c'est-à-dire qu'il y a désormais un ARPP citoyen", a expliqué à l'AFP Jacques-Olivier Barthes, qui pilote l'opération au sein de l'Alliance.

"Il y a un problème d'évaluation des publicités en amont. Le système n'est pas étanche et on voit qu'il y a des gros poissons qui traversent le filet", a-t-il ajouté.

La publicité était un des sujets abordés lors du Grenelle de l'environnement. En avril 2008, les publicitaires ont signé avec le gouvernement une charte prônant une publicité "éco-responsable", initiative qui a été accueillie avec scepticisme par les associations de consommateurs et de défense de l'environnement.

"Il y a eu des modifications positives mais on voit que le système est très largement perfectible", estime M. Barthes.

L'OIP peut être saisi par un internaute qui estime qu'une publicité n'est pas conforme à la réglementation en vigueur (codes de la consommation et de l?environnement etc...).

Il réunira ensuite des experts associatifs et des professionnels de la communication pour évaluer la publicité incriminée. Parallèlement, les internautes pourront donner leur avis en ligne
JS

Zéas a dit…

La bienvenue à Inti et le bonjour à Evo !

Archives du blog